Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Les arbres mères contre les changements climatiques

Les arbres mères contre les changements climatiquesLes arbres mères ont un grand pouvoir méconnu. Ces géantes protègent et nourrissent les plus petites pousses. Suzanne Simard, une spécialiste de ce phénomène, veut reboiser les forêts grâce à leur fonction régénératrice. C’est sur son terrain de jeu, où nous l’avons rencontrée, que se joue une partie de l’avenir des forêts canadiennes devant la crise climatique.

Il faut emprunter un chemin forestier pendant près d’une demi-heure avant d’arriver à une étendue ouverte sur le ciel d’où déferlent des trombes d’eau. Une coupe à blanc expérimentale s’étend sur 5 hectares.

Je saute hors de mon véhicule, et Suzanne Simard, de son camion. L’écho des portes claque contre le vent.

Rapidement, je rejoins la professeure du département de foresterie de l’Université de la Colombie-Britannique sur un de ses terrains de jeu : une des forêts de recherche du département, nichée dans la vallée du Fraser.

Suzanne Simard a le regard taquin et une énergie d’adolescente. Elle reconnaît toutes les essences d’arbres et peut évaluer leur état de santé d’un seul coup d’oeil. C’est aussi une des pionnières qui ont découvert la façon dont les arbres communiquent, grâce à un réseau de racines et de champignons qui se font la conversation et s’échangent de quoi se nourrir.

Ces jours-ci, son projet de recherche porte sur les arbres mères, ces arbres plus anciens de la forêt qui jouent les mères nourricières en s’assurant que les jeunes pousses reçoivent suffisamment de nutriments et de carbone.

La nouvelle frontière de sa recherche? Tirer des enseignements de ces arbres mères afin de mieux reboiser les forêts, de puissants noyaux pour capter et conserver le carbone et lutter contre les changements climatiques.

J’ai les pieds gelés, mais je ne voudrais être nulle part ailleurs en ce moment.

Bienvenue dans la forêt pluviale côtière du Canada.

L’Internet des bois

L’enthousiasme de Suzanne Simard est inébranlable. Elle foule le sol, équipée de lourdes bottes, d’un manteau de pluie et d’une veste rouge munie d’un sifflet, d’une boussole et d’un calepin. La forêt, c’est son royaume, son élément.

La scientifique n’hésite pas à soulever la terre pour me montrer un réseau de champignons, fragiles et éclatés comme un enchevêtrement de veines.

Depuis une vingtaine d’années, la scientifique est sollicitée pour parler de l’Internet des bois, présent sous la surface du sol. Il s’agit du réseau mycorhizien, formé de filaments blancs appelés hyphes.

Suite de l’article : Les arbres mères contre les changements climatiques | Radio-Canada.ca

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

 

 

Tant que l’arbre n’aura pas de statut juridique il ne sera pas protégé.

#Petition pour la Déclaration Universelle des Droits de l’Arbre #DUDA #UDTR et la #ConventionInternationaledesDroitsdelArbre #CIDA#ICTR

🌳 Parce que l’Arbre est la base de tout l’écosystème terrestre.

🌳 Parce que l’Arbre c’est la Vie.

🌳 SIGNEZ LA PÉTITION:

https://www.declarationuniverselledesdroitsdelarbre.org/petition-mondiale-pour-la-declaration-universelle-des-droits-de-larbre/