Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Les feux de forêt extrêmes ont doublé depuis 20 ans

Un feu de forêt dans la réserve naturelle de Yugansky, en Russie, en 2012. Wikimedia Commons/CC BY-SA 2.0/Tatiana Bulyonkova

Les feux de forêt ont augmenté de 120 % depuis 2003, et leur intensité se renforce, révèle un rapport. Une progression longtemps dopée par l’agriculture sur brûlis en Afrique.

Seules quelques silhouettes se déchirent au cœur des tourbillons de fumée impénétrable. Les casques couverts de suie, 1 150 pompiers affrontent jour et nuit le plus grand incendie qu’ait subi la Californie cette année. Inarrêtables depuis la mi-juin, les flammes ont réduit en cendres plus de 6 000 hectares de broussailles et de prairies. Et ce feu, baptisé «Post Fire», résonne déjà comme le prélude d’une saison à haut risque.

Qualifier les incendies de forêt de «plus en plus dangereux» pourrait paraître comme une évidence. Pourtant, jusqu’à présent, aucune preuve statistique ne le démontrait. Le 24 juin, trois scientifiques de l’Université de Tasmanie (Australie) ont publié leurs travaux dans la revue Nature Ecology & Evolution. En deux décennies, les feux extrêmes auraient plus que doublé, à en croire leur analyse des données satellitaires de la Nasa.

ARTICLE DE REPORTERRE

 

Views: 23