Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Les chenilles du papillon Bombyx dévastent la forêt de Bouconne

L’hiver dernier, l’ONF (Office national des forêts) avait tiré le signal d’alarme devant l’amoncellement de larves dans la forêt de Bouconne, composée à 80% de chênes. Effectivement, depuis plusieurs jours, les chenilles du papillon Bombyx Disparate passent à l’offensive dans plusieurs zones du « poumon vert » de Toulouse.

Des centaines d’arbres n’ont pas tardé à perdre leurs feuilles

Le spectacle est impressionnant. Rose et Danielle, qui viennent de Colomiers marcher en forêt chaque jour, indiquent : « Dans le silence du matin, on entend un bruit de fond inhabituel en forêt. Les chenilles grignotent les feuilles, des centaines de milliers de mandibules au travail ! Mais ce n’est pas tout, on entend aussi un petit bruit continu, des petites boules noires qui tombent en permanence du haut des arbres ».

Les crottes tombent sur les promeneurs

Jean-Pierre Grandet, technicien forestier, le confirme : « Il s’agit des crottes des chenilles qui défèquent en même temps qu’elles digèrent les feuilles. C’est un excellent engrais pour la végétation forestière…». Mais pour Rose, les balades ne sont plus aussi joyeuses : « Quand nous marchons en sous-bois, nous sommes parfois sous une fine pluie verte de petits morceaux de feuilles que les chenilles n’ont pas avalées. Les chenilles elles-mêmes nous tombent dessus car, après avoir dévoré un arbre, elles se laissent choir au sol à l’aide de leurs fils, et progressent rapidement vers le tronc d’un autre chêne pour le défolier à son tour. On viendra moins souvent, c’est désagréable de marcher dans de telles conditions ».

Les milliers de chenilles vont partout, y compris sur les bâtiments forestiers.

Jérôme, un vététiste toulousain habitué des circuits balisés de la forêt, décrit une situation semblable : « Je roule parfois sur un tapis de morceaux de feuilles vertes que les chenilles découpent. Dès que je m’arrête, j’ai toujours une dizaine de chenilles sur mes vêtements. J’en ai retrouvées dans mon sac à dos, heureusement qu’elles ne sont pas urticantes ».

De nouvelles feuilles en août

Jean-Pierre Grandet essaye de les rassurer : « Si en juillet de nombreuses zones de Bouconne ressembleront à la forêt en plein hiver, dès le mois d’août, les arbres se défendront en produisant de nouvelles feuilles et reprendront un cycle végétatif un peu décalé ». Avec la météo agréable, de nombreux citadins viennent à Bouconne pour retrouver une nature sauvage. Elle n’est pas aussi idyllique qu’ils l’avaient imaginée.

“Aucun danger pour l’homme”

Jean-Pierre Grandet de l’ONF, se veut rassurant : « Bien que leur contact soit désagréable, les chenilles du papillon Bombyx disparate ne présentent (contrairement à la chenille processionnaire du pin) aucun danger pour l’être humain et les chiens qui accompagnent leurs maîtres lors de balades en forêt. Les autorités préfectorales ont précisé qu’aucun traitement chimique ne sera appliqué, les carabes, les calosomes et les oiseaux comme les mésanges étant les principaux prédateurs naturels de ces chenilles. La forêt se défendra seule, les arbres les plus fragiles périront et enrichiront le sol forestier en se décomposant selon les lois de la nature et participeront ainsi au cycle de la vie »…

Source : Les chenilles du papillon Bombyx dévastent la forêt de Bouconne – ladepeche.fr

#PETITION
DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’ARBRE
🌳 Parce que l’Arbre est la base de tout l’écosystème terrestre.
🌳 Parce que l’Arbre c’est la Vie.
🎯SIGNEZ LA PÉTITION: https://www.declarationuniverselledesdroitsdelarbre.org/petition-mondiale-pour-la-declaration-universelle-des-droits-de-larbre/
#climateAction #humanAlarm
#Duda #Udtr
www.duda-udtr.org
#HarmonywithNature #RightsOfNature