Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Le scolyte, cet insecte qui dévaste nos forêts

Le scolyte, cet insecte qui dévaste nos forêts

Il provoque des ravages dans les forêts. Le scolyte est un insecte, plus petit qu’un pouce, qui se reproduit en grand nombre, creusant l’écorce pour ses larves et tuant l’arbre au passage. Dès que l’un d’eux est atteint, il faut l’abattre au plus vite.

Des dizaines de milliers d’hectares sont en danger. Long de 2 mm le scolyte détruit les arbres affaiblis par l’été sec en bondant ses larves dans l’écorce. Une fois les larves installées, la sève ne peut plus circuler et l’arbre peut mourir en quelques semaines.

Une fois les larves installées, la sève ne peut plus circuler et l’arbre peut mourir en quelques semaines. Des dizaines de milliers d’hectares sont en danger.

« On risque de perdre autant d’arbres que lors de la tempête de 1999 »,

prédit Frédéric Lévy, responsable de l’Office national des forêts (ONF), effaré devant la catastrophe annoncée. « Le scolyte le plus agressif s’attaque surtout aux épicéas et aux sapins. Leur prolifération est directement liée au dérèglement climatique. Les sécheresses répétées de ses dernières années ont fragilisé les résineux (dans la Meuse et les Vosges). »L’impact économique est massif pour l’ensemble de la filière bois comme l’explique Lucie Richert, chargée de mission sur le scolyte auprès de Fibois, organisme représentant l’interprofession. « D’abord, l’insecte détruit des arbres beaucoup trop jeunes pour être rentables économiquement. Les gérants forestiers sont obligés de raser des pans entiers de forêt pour espérer sauver ce qui reste. Le bois en lui-même n’est pas de moindre qualité, mais il prend une couleur bleue au contact du scolyte et perd beaucoup de sa valeur marchande. Ça et l’explosion du nombre de coupes ont fait tomber les prix de l’épicéa et du sapin en flèche. On estime que la filière a perdu 55 millions d’euros sur 2018, rien que dans le Grand Est. 2019 devrait être pire… »

La totalité des départements lorrains sont touchés par ce fléau forestier.

« Des paysages entiers vont être défigurés. Les bois de Verdun par exemple, entièrement composer d’épicéas après la Grande Guerre sont sérieusement touchés », détaille Frédéric Levy.

« Une catastrophe naturelle comme en 1999 »

« La filière est soutenue par la région Grand Est, qui aide les scieurs pour leurs efforts de trésorerie afin de traiter le surplus d’épicéas et les propriétaires pour replanter au plus vite. Aujourd’hui, nous attendons que l’État fasse sa part et déclare la filière bois en état de catastrophe naturelle ! », explique Lucie Richert de Fibois.

Selon ces professionnels et l’ONF, il faudra des dizaines d’années avant de reconstituer une forêt de la même qualité. « Il faut en moyenne 70 ans pour qu’un arbre arrive pleinement à maturité.

Les coupes massives ruinent l’équilibre que nous essayons de conserver dans nos forêts. Il faut aujourd’hui préparer la suite. Nous devrons sans doute plus diversifier les essences de nos forêts pour éviter ce genre de catastrophe et même essayer d’adapter nos bois aux climats chauds à venir. En implantant des arbres du sud par exemple », conclut le responsable de l’ONF.

Martin LEVISSE

Source : Environnement | Le scolyte, cet insecte qui dévaste nos forêts 

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’ARBRE
🌳 Parce que l’Arbre est la base de tout l’écosystème terrestre.
🌳 Parce que l’Arbre c’est la Vie.
#climateAction #humanAlarm
#Duda #Udtr